[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Et si les insectes comestibles étaient une solution crédible pour une alimentation durable et efficace pour les prochaines années ?

C’est une question qui anime Crokfun et Ă  laquelle nous avons essayĂ© d’apporter un Ă©lĂ©ment de rĂ©ponse en reprenant un article sur les Bento Box, des insectes Ă  croquer sous forme de plats cuisinĂ©s appĂ©tissants.
Une Ă©quipe composĂ©e d’étudiants est certaine que la source idĂ©ale pour une alimentation Ă©quilibrĂ©e capable de nourrir une population toujours plus croissante et capable de prĂ©venir la faim dans notre monde en pleine expansion se trouve juste sous nos pieds. Et pour ĂȘtre plus prĂ©cis, ces aliments grouilleraient mĂȘme sous nos maisons. Cet aliment de base qu’ils nous proposent de dĂ©guster sans retenue est riche en protĂ©ines, faible en gras, Ă©cologique et facile et se permet mĂȘme d’ĂȘtre facile Ă  « rĂ©colter » (aprĂšs tout, il suffit de se baisser pour en ramasser). Alors cet aliment vous semble Ă©galement trop parfait pour ĂȘtre vrai, n’est-ce pas ? Quel est l’inconvĂ©nient alors ? Et bien tout d’abord, ils ont environ six pattes (c’est une moyenne basse), et selon la plupart des Occidentaux, c’est bien la derniĂšre chose que vous voulez trouver dans votre assiette. Vous avez devinĂ© ? Oui, ce sont bien des insectes comestibles. Mais Aran Dasan, Jacky Chung, Jonathan Fraser et Julene Aguirre-Bielchowsky de la Royal College of Art et de l’Imperial College de Londres sont tellement convaincus que les insectes comestibles sont destinĂ©s Ă  devenir l’aliment du futur qu’ils se sont embarquĂ©s dans un projet afin de rendre les insectes comestibles un peu plus attirants d’un point de vue purement gastronomique. (AprĂšs tout, les insectes comestibles sont dĂ©jĂ  considĂ©rĂ©s comme un dĂ©lice culinaire Ă  part entiĂšre dans de nombreuses rĂ©gions d’AmĂ©rique du Sud, d’Asie et d’Afrique).

Sushi d'insectes comestibles biologiques

Sushi d’insectes comestibles biologiques

Comment dépasser le sentiment de dégoût des insectes comestibles ?
Jonathan Fraser s’adressant au journal « Today » dĂ©clare « qu’il y a actuellement un tabou culturel majeur , une loi du silence gĂ©nĂ©ralisĂ©e contre le fait de manger des insectes comestibles en Occident. Les insectes sont souvent associĂ©s Ă  de nombreuses connotations nĂ©gatives qui ne sont tout simplement pas vraies : les gens les considĂšrent comme sales, gluants et dangereux pour la santĂ©. Ils ne les voient malheureusement comme un aliment excitant! » Les Ă©tudiants prĂ©citĂ©s Ă©taient bien dĂ©terminĂ©s Ă  prouver que ces bestioles pourraient un jour ĂȘtre vendues sur les Ă©talages de n’importe quel des grands supermarchĂ©s situĂ©s dans les pays occidentaux. Enfin, tant que ces insectes Ă©taient prĂ©sentĂ©s d’une maniĂšre qui Ă©tait moins bien effrayante et rampante qui est la leur quand ils sont encore vivants.
Une aide précieuse de Chef pour cuisiner des insectes
Ils ont donc fait Ă©quipe avec un Ă©tudiant en art culinaire l’école ‘Le Cordon Bleu’ et ont tentĂ© de trouver des recettes qui allait pouvoir sĂ©duire les palais les plus raffinĂ©s afin qu’ils se mettent Ă  manger des insectes comestibles. Ces Ă©tudiants en sont venus Ă  tester une variĂ©tĂ© de saveurs et d’ingrĂ©dients avec pour seule exigence que la nourriture ne devait pas ressembler Ă  des insectes.


[Total : 2    Moyenne : 5/5]

“Nous sommes censĂ©s aimer toutes les crĂ©atures Ă  deux pattes comment nous nous aimons. Les quatre pattes, aussi , privilĂ©gient d’un amour assez respectueux et important de notre part. Mais les espĂšces Ă  six pattes sont trop nombreuses pour ĂȘtre respectĂ©es ou apprivoisĂ©es par le genre humain…” – Joseph W. Krutch

Mis Ă  part le fait que les insectes sont le groupe le plus diversifiĂ© sur terre, ils dominent en termes en nombre d’espĂšces et d’abondance le reste de la crĂ©ation. En fait, leur nombre , du fait qu’ils se reproduisent rapidement dans de bonnes conditions, a fait d’eux des “parasites” dans diverses activitĂ©s de l’homme , en particulier dans l’agriculture .

Eh bien pourquoi ne pas utiliser cet avantage pour l’homme en recueillant des insectes ” de ferme ” ? Beaucoup d’insectes comestibles bio sont traditionnellement inclus dans les rĂ©gimes non-occidentaux. Les insectes sont alors souvent capturĂ©s dans la nature, mais ils peuvent Ă©galement ĂȘtre facilement Ă©levĂ©s ce qui certifie qu’ils ne sont pas contaminĂ©s par des pesticides et autres Ă©lĂ©ments toxiques

SystĂšme biologique d’élevage d'insectes

SystĂšme biologique d’élevage d’insectes

En raison de leur plus grande efficacitĂ© dans la conversion de l’Ă©nergie Ă  partir de plantes et de cadavres d’animaux plus conventionnels, plus le fait que de nombreuses espĂšces peuvent se nourrir de parties de plantes non utilisĂ©s ou des aliments qui sont dĂ©jĂ  considĂ©rĂ©s comme des dĂ©chets par les humains, l’élevage d’insectes pour notre consommation devient aussi une utilisation efficace et rationnelle des ressources.

Pensez Ă  la sĂ©riciculture ou l’Ă©levage des vers Ă  soie pour produire de la soie cela existe depuis des milliers d’annĂ©es ou encore la culture de vers de farine pour l’alimentation des animaux de compagnie comme les arowanas, les geckos et les perroquets : c’est une entreprise lucrative pour les petits entrepreneurs. L’ensemble des informations des laboratoires du monde entier sur l’entomologie font des expĂ©riences sur l’aprĂšs des insectes, et les connaissances suffisantes sont disponibles pour s’aventurer dans la production de masse d’une variĂ©tĂ© d’insectes pour se nourrir. Cela permettrait non seulement d’amĂ©liorer les rĂ©gimes alimentaires occidentaux les rendant plus sains, mĂȘme pour les fins gourmets, mais ce serait Ă©galement un moyen de rĂ©soudre les problĂšmes de famine, ou simplement alimentaire en gĂ©nĂ©ral, dans certaines rĂ©gions et pays.

Un autre avantage souvent nĂ©gligĂ© est que de nouvelles ressources de cĂ©rĂ©ales et lĂ©gumineuses seraient dĂ©gagĂ©es facilement pour les humains : ces mĂȘmes ressources qui nourrissent aujourd’hui le bĂ©tail. En effet, les structures, les espaces et les Ă©quipements nĂ©cessaires Ă  la production – et reproduction – animale seraient rĂ©duits au minimum avec les insectes, crĂ©ant ainsi un systĂšme de production alimentaire plus durable. Ce systĂšme permet aussi aux gens sans beaucoup de ressources de s’en procurer, leur rendant possible de produire de la nourriture Ă  une Ă©chelle plus petite et autogestionnĂ©e
 voire Ă  s’aventurer dans une petite entreprise Ă  but lucratif amĂ©liorant ainsi leur vie grĂące Ă  l’autonomie et l’autosuffisance .


[Total : 1    Moyenne : 2/5]

” PĂšre tu dois me donner quelques chenilles Milee. [..] Regarde tous les autres enfants ont des chenilles Milee que leurs pĂšres leur ont donnĂ©. […] Je vais vous dĂ©ranger jusqu’Ă  ce que tu m’en donnes ” – paroles d’une chanson pour enfants au ZaĂŻre ( Muyay , 1981).

Les insectes sont trĂšs riches en protĂ©ines brutes allant jusqu’à plus de 60 % pour les espĂšces communes trouvĂ©es dans les marchĂ©s des villages de nombreux pays non-occidentaux. Ils se sont aussi rĂ©vĂ©lĂ©s une bonne voire une meilleure source de protĂ©ines que le soja, dans des Ă©tudes sĂ©parĂ©es utilisant des rats et des poulets comme des sujets de test. Cependant, les insectes ne sont pas rĂ©fĂ©rencĂ©s comme source de protĂ©ines par rapport Ă  d’autres produits d’Ă©levage traditionnels Ă  cause de la indigestibilitĂ© de la chitine, composant principal de l’exosquelette de l’insecte.

Les insectes ajoutés à toutes sortes de préparations ajoutent de nombreux nutriments

Les insectes ajoutés à toutes sortes de préparations ajoutent de nombreux nutriments

Si l’on compare les crickets et le bƓuf, celui-ci contient environ deux fois plus de protĂ©ines par gramme (12,9 contre 23,5 grammes pour 100 grammes ). Toutefois, le boeuf contient aussi plus de deux fois les calories (121 contre 288,2 calories par 100 grammes ) et prĂšs de quatre fois plus de graisse (5,5 contre 21,2 grammes pour 100 grammes) par rapport aux crockets. Par consĂ©quent,il est plus sain et prĂ©fĂ©rable d’avoir un rĂ©gime riche en protĂ©ines et Ă  faible teneur en matiĂšres grasses, les insectes sont lĂ  une meilleure alternative Ă  la viande.

Les crickets sont Ă©galement composĂ©s (pour 100 grammes) de : 5.1 g de glucides, 75,8 mg de calcium, 9,5 mg de fer, 3,10 mg de niacine, 1,09 mg de riboflavine, 185,3 mg de phosphore et de 0,36 mg de thiamine. Le fer a une importance particuliĂšre chez les insectes comestibles ce qui est susceptible d’attĂ©nuer la carence en fer des humains, carence qui est rĂ©pandue dans l’alimentation des femmes de certains pays en dĂ©veloppement. Les insectes ont Ă©galement un intĂ©rĂȘt pour les vĂ©gĂ©tariens,car certains insectes peuvent ĂȘtre un complĂ©ment acceptable Ă  leur rĂ©gime alimentaire qui est souvent dĂ©ficiente en zinc.

Quant Ă  la chitine, ça n’est en rĂ©alitĂ© pas mauvais du tout pour le corps humain. Il agit comme un polymĂšre d’hydrate de carbone. Les insectes peuvent donc ĂȘtre en mesure de contribuer Ă  l’alimentation moderne comme source de fibres. En fait, le Japon a approuvĂ© l’utilisation de la chitine qu’ils utilisent Ă  prĂ©sent Ă  partir de coquilles de crabes et autres crustacĂ©s , qui sont des arthropodes (des parents des insectes), comme source de fibres et de calcium dans les cĂ©rĂ©ales. Depuis les insectes sont plus nombreux, facilement accessibles et plus faciles Ă  produire que les crustacĂ©s, il y a beaucoup de potentiel dans la production des insectes pour se nourrir. De nombreuses espĂšces sont maintenant Ă©levĂ©es pour l’alimentation des poissons, reptiles et d’oiseaux
 donc la technologie est dĂ©jĂ  disponible pour de petits entrepreneurs .


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

“ Une termine pourrait Ă©loigner les maladies” Une Ă©tude rĂ©cemment publiĂ©e compare l’alimentation des enfants Africains et EuropĂ©ens et montre que les enfants nĂ©s en milieu rural au Burkina Faso ont bactĂ©ries intestinales qui les aident Ă  digĂ©rer les fibres vĂ©gĂ©tales et les protĂšgent contre la diarrhĂ©e et les maladies intestinales inflammatoires telles que la maladie de Crohn et le trouble inflammatoire de l’intestin.

Ces enfants mangent beaucoup de fibres, peu de gras et leur régime inclut parfois les termites, qui sont un aliment traditionnel.
En revanche, les enfants Italiens mangent ont un rĂ©gime alimentaire occidental qui est riche en protĂ©ines animales, en sucre et en graisses mais qui est pauvre en fibres, ce qui, avec l’amĂ©lioration de l’assainissement, a contribuĂ© Ă  rĂ©duire le degrĂ© d’exposition aux microbes qui conduisent Ă  des troubles auto-immuns, Ă  des maladies inflammatoires intestinales et Ă  des allergies.

Consommer des insectes biologiques contribue à une bonne santé

Consommer des insectes biologiques contribue à une bonne santé

Ces rĂ©sultats ont simplement soulignĂ© l’importance de la flore intestinale, souvent ignorĂ©e, qui facilite la digestion, mais souligne Ă©galement le fait que les insectes dans l’alimentation non – occidentale traditionnelle contribue davantage que les protĂ©ines et les minĂ©raux Ă  notre organisme.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’entomophagie, ou la pratique de manger des insectes comestibles et autres arthropodes, est un sujet qui suscite toujours de vives discussions quel que soit le public choisi.

Pourquoi l’évocation de manger des insectes crĂ©e une telle agitation ? Les insectes comme aliments fascinent Ă  cause de son cĂŽtĂ© nouveau, en particulier pour les cultures occidentales ou occidentalisĂ©es qui ne considĂšrent pas ces petites crĂ©atures comestibles. La bonne nouvelle est que les mentalitĂ©s changent doucement. En effet, l’idĂ©e rĂ©pugnante que l’on avait Ă  l’idĂ©e que les humains se nourrissent d’insectes perd peu Ă  peu du terrain dans les cultures populaires mais aussi dans l’enseignement, les entreprises et les diffĂ©rents organismes tels que les Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture qui mĂšnent des campagnes de diffusion d’informations utiles sur l’Internet et dans la masse des mĂ©dias traditionnels.

Manger des insectes biologiques est excellent pour la santé mais pour pour l'écosystÚme de la planÚte.

Manger des insectes biologiques est excellent pour la santĂ© mais pour pour l’Ă©cosystĂšme de la planĂšte.

ReconnaĂźtre que les insectes font naturellement partis de l’alimentation de cultures non-occidentales depuis des siĂšcles est dĂ©jĂ  un pas vers une meilleure comprĂ©hension de ces cultures et l’acceptation du fait que les prĂ©fĂ©rences culinaires des occidentaux ne sont pas les seules bonnes façons de manger. D’un point de vue Ă©conomique, manger des insectes bio a du sens car cela peut potentiellement diminuer la faim dans le monde ou tout du moins aider Ă  rĂ©soudre la pĂ©nurie de l’approvisionnement alimentaire que tout le monde annonce. Comme les insectes comestibles sont des consommateurs d’herbivores primaires qui peuvent convertir l’Ă©nergie Ă  partir des plantes plus efficacement que l’Ă©levage traditionnel, on peut dire que le fait de manger des insectes participe Ă  l’écologie.


[Total : 12    Moyenne : 2.2/5]

La rĂ©ponse est Ă  la fois oui et non. Certains insectes sont autorisĂ©s Ă  ĂȘtre mangĂ©s par les hommes mais c’est en fonction de Dieu comme cela est prescrit dans l’ancien Testament, mais il n’a pas force de loi car c’est diffĂ©rent de ce que l’on appelle aujourd’hui « casher ».

AprĂšs de longues recherches, la meilleure rĂ©ponse est de citer un passage du Grand Livre : ” Le rĂ©gime de Jean-Baptiste , ” par Mohr Siebeck . Dans le chapitre intitulĂ© : ” Dans LĂ©viticus Ă  MoĂŻse MaĂŻmonide : Locust mangeant dans la littĂ©rature juive et dans l’ancien Proche Orient” p.41, l’auteur Ă©crit : En ce qui concerne la consommation des criquets ou sauterelles, le Leviticus 11 permet aux juifs de consommer quatre diffĂ©rents types d’insectes :
Tous les insectes ailés qui marchent à quatre pattes sont détestables pour vous. Mais, parmi les insectes ailés qui marchent à quatre pattes, vous pourrez manger ceux qui sont articulés de jambes au-dessus de leurs pieds, avec lesquelles ils peuvent sauter sur la terre. Parmi eux , vous pourrez manger la sauterelle selon son espÚce, la sauterelle chauve selon son espÚce, le grillon selon son espÚce, et la sauterelle en général selon son espÚce. Mais tous les autres insectes ailés qui ont quatre pieds sont en abomination pour vous. ( Lev 11:20-23 ) 1

La sauterelle est un des insectes biologiques comestibles cacher

La sauterelle est un des insectes biologiques comestibles cacher

Il y a des Juifs ainsi que les musulmans qui mangent des grillons et sauterelles parce qu’ils reconnaissent le passage du LĂ©viticus comme une demande pour ĂȘtre casher et halal.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Comme la population humaine continue d’augmenter et que nous ne tarderons sĂ»rement pas Ă  atteindre les 8 milliards de personnes, nourrir toutes ces bouches affamĂ©es deviendra de plus en plus difficile.

Un nombre de plus en plus important d’experts affirment que les gens n’auront bientĂŽt d’autre choix que de consommer des insectes .

Comme pour souligner cette impression, un groupe d’Ă©tudiants de l’UniversitĂ© McGill Ă  MontrĂ©al a remportĂ© le prix Hult en 2013, pour produire une farine riche en protĂ©ines faite Ă  base d’insectes. Le prix attribue aux Ă©tudiants un million de dollars comme capital de dĂ©part pour commencer Ă  crĂ©er ce qu’ils appellent le Puissante Farine. «Nous allons commencer avec les sauterelles “, a dĂ©clarĂ© le capitaine de l’Ă©quipe Mohammed Ashour aux Nouvelles de la ABC le lundi 30 septembre 2013.

Plus tĂŽt cette annĂ©e, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ( FAO) a publiĂ© un rapport intitulĂ© “Les insectes comestibles : perspectives d’avenir pour nourrir et sĂ©curiser la planĂšte”. Le document dĂ©taille les avantages pour la santĂ© et l’environnement d’un rĂ©gime Ă  base d’insectes, un rĂ©gime qui est aussi connu sous le nom de “entomophagie”.

Extrait de la FAO et d’autres sources, voici une liste de sept insectes comestibles nous pourrons bientĂŽt trouver dans notre assiette :

1/ les chenilles de mopane

Le stade larvaire de la pyrale de l’empereur (Imbrasia belina) est commun dans toute la partie sud de l’Afrique. La rĂ©colte des chenilles mopane est une industrie de plusieurs millions de dollars dans ces rĂ©gions et oĂč les femmes et les enfants font gĂ©nĂ©ralement le travail de collecte des petits insectes.

Les chenilles sont traditionnellement cuites dans de l’eau salĂ©e avant d’ĂȘtre sĂ©chĂ©es au soleil. La phase de sĂšche peut durer plusieurs mois sans rĂ©frigĂ©ration, ce qui en fait une source importante de nutrition dans les pĂ©riodes de famine. De plus quelques insectes sont plus nutritifs que des animaux (mammifĂšres notamment) : considĂ©rant que la teneur en fer de la viande bovine est de 6 mg par 100 g, les chenilles de mopane Ă©quivalent )Ă  31 mg de fer pour 100 grammes. Elles sont Ă©galement une bonne source de potassium, sodium, calcium, phosphore, magnĂ©sium, zinc, manganĂšse et cuivre, selon la FAO .

2/ les Chapulines (Sauterelles)

Chapulines sont des insectes du genre Sphenarium. Ils sont largement consommĂ©s dans tout le sud du Mexique et sont souvent servis rĂŽtis (leur donnant du croquant) et aromatisĂ© Ă  l’ail, au jus de citron et salĂ©, ou bien encore assaisonnĂ©s de guacamole ou de la poudre de piment sĂ©chĂ©e. Ces sauterelles sont connues pour ĂȘtre riches en protĂ©ines ; certains prĂ©tendent mĂȘme que les insectes sont constituĂ©s Ă  de plus de 70% de protĂ©ines.

Les chercheurs ont notĂ© que la collecte de sauterelles Sphenarium est une alternative intĂ©ressante Ă  la pulvĂ©risation de pesticides dans les champs de luzerne et d’autres cultures. Non seulement cela Ă©liminerait donc les risques environnementaux associĂ©s aux pulvĂ©risations de pesticides, mais cela confĂ©rerait Ă©galement aux populations locales une source supplĂ©mentaire de d’alimentation et de revenus, par la revente de sauterelles.

3/ les larves witchetty

Parmi les peuples autochtones australiens, le vers witchetty est un aliment de base. Lorsqu’elles sont consommĂ©es crues, les larves de ces vers ont un goĂ»t d’amandes alors que dans la cuisson, mĂȘme lĂ©gĂšre dans des charbons ardents, la peau des vers se dĂ©veloppe. La texture devient croquante et savoureuse telle celle du poulet rĂŽti . Sans oublier que le ver witchetty regorge d’acide olĂ©ique, un omĂ©ga- 9 salubre en graisse mono-insaturĂ©s .

Bien que les gens font souvent rĂ©fĂ©rence Ă  des larves de plusieurs papillons diffĂ©rents comme les larves witchetty, certaines sources indiquent le stade larvaire de la mite de cossid (Endoxyla de leucomochla) comme Ă©tant la vĂ©ritable larve witchetty. Pourtant ces larves sont rĂ©coltĂ©es Ă  partir de sous-sol, oĂč elles se nourrissent de racines d’arbres australiens tels que l’eucalyptus et l’acacias noirs .

4/ les termites

Vous voulez vous dĂ©barrasser de vos termites qui rongent votre plancher ? Il suffit de faire comme ils le font en AmĂ©rique du Sud et en Afrique : profitez de la riche qualitĂ© nutritionnelle de ces insectes en les faisant frire, en les dorant au soleil, en les fumant ou en les mettant dans le d’eau bouillante avec des feuilles de bananier !

Les termites sont gĂ©nĂ©ralement constituĂ©es d’un maximum de 38% de protĂ©ines. Mais une espĂšce vĂ©nĂ©zuĂ©lien en particulier, les Syntermes aculeosus, bat tous les records avec 64% de protĂ©ines. Les termites sont Ă©galement riches en fer, calcium , ainsi qu’en acides gras essentiels et en acides aminĂ©s tels que le tryptophane.

5/ le charançon africain

Un dĂ©lice pour de nombreuses tribus africaines, le charançon (Rhychophorus de phoenicis) est recueilli au large des troncs de palmiers. Mesurant environ quatre pouces (soit Ă  peu prĂšs dix centimĂštres) de long et deux pouces (cinq cm) de large, les charançons sont facilement poĂȘlĂ©es parce que leur corps est plein de graisse. Nonosbtant, ils sont Ă©galement consommĂ©s crus .

Un rapport de 2011 dans le journal de Science de l’Insecte constate que le charançon africain est une excellente source nutritive comme le potassium, le zinc, le fer et le phosphore, ainsi que plusieurs acides aminĂ©s et acides gras monoinsaturĂ©s et polyinsaturĂ©s.

6/ les pentatomes (punaises)

Leur nom ne se prĂȘte certainement pas Ă  l’appel culinaire mais les punaises (de l’ordre de Hemiptera) sont consommĂ©es Ă  travers toute l’Asie, l’AmĂ©rique du Sud et Afrique.

Parce que les punaises dĂ©gagent une odeur dĂ©sagrĂ©able, elles ne sont gĂ©nĂ©ralement consommĂ©es crues Ă  moins que la tĂȘte soit d’abord retirĂ©e, qui empĂȘche leur production de sĂ©crĂ©tion odorante. Sinon, elles sont grillĂ©es, ou trempĂ©es dans l’eau puis sĂ©chĂ©es au soleil. Avantage supplĂ©mentaire, l’eau de trempage – qui absorbe les sĂ©crĂ©tions nocives – peut ensuite ĂȘtre utilisĂ©e comme pesticide contre les termites de maisons.

Le vers de farine est l'un des insectes comestibles biologiques disponibles sur le marché français.

Le vers de farine est l’un des insectes comestibles biologiques disponibles sur le marchĂ© français.

7/ les vers de farine

Les larves du scarabĂ©e du ver de farine (Tenebrio molitor) est l’un des seuls insectes consommĂ©s dans le monde occidental. Ils sont Ă©levĂ©s aux Pays-Bas pour la consommation humaine (ainsi que pour l’alimentation animale), en partie parce qu’ils prospĂšrent dans un climat tempĂ©rĂ©.

La valeur nutritionnelle des vers de farine est difficile à battre : Ils sont riches en cuivre, sodium, potassium, fer, zinc et sélénium. Le ver de farine est également comparable au boeuf en terme de teneur en protéine, mais ils sont un plus grand nombre de graisses polyinsaturées, ce qui est encore meilleur pour la santé .


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Que feriez-vous si vous Ă©tiez perdu et seul dans la nature ? Imaginez que vous n’ayez aucune expĂ©rience de la chasse et il n’y ait pas de riviĂšre pour pĂȘcher.

Votre source de nourriture ne serait-elle pas ce qui rampe sous les pieds ? C’est vrai pour les punaises. Ce n’est certes pas lĂ  qu’ira la prĂ©fĂ©rence des gourmands, mais personne n’est difficile quand il a faim et que c’est une question de vie ou de mort. Peut-ĂȘtre que l’on devrait soulever ce rondin pourri et se jeter sur quelques termites. Ce serait un excellent plan – les termites sont gorgĂ©es de protĂ©ines et il se trouve ĂȘtre le deuxiĂšme insecte le plus consommĂ© sur Terre. Ou peut-ĂȘtre pourrait-on creuser pour trouver des vers – ils ont Ă©galement beaucoup de protĂ©ines, et ils ont l’avantage de pouvoir ĂȘtre consommĂ©s cuits ou crus.

plat d'Insectes comestibles bio

plat d’Insectes comestibles bio

Quel que soit vos goĂ»ts, il y a le choix parmi plus de mille quatre cents insectes comestibles. Lorsque l’on vit aux Etats- Unis, en Europe ou au Canada, on s’imagine que manger des punaises est une chose rĂ©servĂ©e aux paris, aux marginaux et Ă  la tĂ©lĂ©-rĂ©alitĂ© .

Le reste du monde a une vision diffĂ©rente. Partout en Asie, Afrique, OcĂ©anie et AmĂ©rique du Sud, les gens mangent des insectes. C’est ce qu’on appelle l’entomophagie, et cela existe depuis des siĂšcles. Les insectes ont une grande valeur nutritive. Ils sont gĂ©nĂ©ralement faibles en glucides et en matiĂšres grasses; et ils sont par ailleurs facilement cultivĂ©s et rĂ©coltĂ©es – pour un pris bien infĂ©rieur en plus Ă  celui d’un Ă©levage de bĂ©tail.

Si on voyage Ă  travers l’Asie, on peut trouver des vendeurs ambulants de brochettes de cricket ou punaises d’eau gĂ©antes grillĂ©es. Les Mexicains offrent des Ɠufs de fourmis ou de sauterelles – et on peut les laver avec un ver d’agave imbibĂ© de mescal. En Afrique, ce sont les termites qui sont au menu. Quant Ă  l’AmĂ©rique du sud, on peut y voir des tarentules fumĂ©s (par un feu de bois).
Si vous voyagez dans ces lieux et que vous n’avez pas peur d’essayer quelque chose de diffĂ©rent, vous pouvez manger tous ces insectes sans le souci de tomber malade ou de mourir.