[Total : 7    Moyenne : 2.6/5]

Aujourd’hui, l’alimentation est l’un des secteurs les plus polluants dans le Monde. En effet, l’élevage (par exemple) est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, les productions agricoles (tels que le riz) ont de terribles conséquences sur les écosystèmes, etc … .

Mais, c’est en particulier la production industrielle de ces aliments qui pose problème. On peut également parler de notre mode de consommation. En effet, nous mangeons trop de sucre, trop de viande, trop de graisses et trop peu de légumes ou de légumineuses. Cependant, une idée commence à se dégager un peu partout: Manger des insectes bologiques. Berk? ou Miam ? Focus.

C’est un fait, la viande pollue énormément l’environnement. Notamment lorsque le bétail est élevé de manière industrielle et non pas en pâturages. Le bétail rejette ainsi des millions de tonnes de gaz à effet de serre (le méthane) qui participe au réchauffement climatique. Cependant, la viande est un élément essentiel dans notre alimentation car elle est notre principale source de protéines et d’acides aminés. Par conséquent, de plus en plus de consommateurs se tournent vers des « sources de protéines alternatives », telles que: Les protéines à base de soja, les protéines végétales (céréales et/ou légumineuses). Les insectes biologiques pourraient aussi être une « source de protéines alternative » sans effets nocifs sur notre planète.

Les insectes bio la nourriture du futur

Les insectes bio la nourriture du futur

D’après certaines études, il semblerait que les insectes biologiques soient bourrés de protéines. La FAO a déclaré que: « la plupart des insectes biologiques contiennent en moyenne entre 30 et 65% de protéines, tandis que le boeuf ne contiendrait qu’entre 19 et 26% de protéines (selon le morceau analysé) ». Toujours selon la même source, il semblerait que les protéines contenues dans les insectes biologiques soient des protéines complètes (contrairement aux protéines végétales car elles présentent un manque en lysine ou en méthionine ou bien en cystéine). L’autre gros avantage des insectes: Leur ratio de conversion des protéines est très fort. Cela signifie qu’il leur faut peu de nourriture afin de développer 1kg de protéines. Et contrairement aux vaches (par exemple), les insectes biologiques ne rejettent pas de méthane et ne contribuent donc pas au réchauffement climatique.

Aujourd’hui, la consommation d’insectes comestibles biologiques suscite surtout le dégoût et n’est pas réellement popularisé. Cependant, les insectes biologiques sont déjà une source de nourriture très populaire, notamment en Asie. Où l’on consomme très souvent des insectes biologiques. En effet, il semblerait que selon la manière dont on les cuisine, la consommation d’insectes comestibles biologiques pourrait être délicieuse. De plus, aujourd’hui, la consommation d’insectes biologiques serait synonyme de « jackpot » pour les chefs un peu partout dans le monde. Mais il est certain que pour le moment, la consommation d’insecte biologique semble encore difficile à envisager à grande échelle en tant qu’un éventuel substitut à la viande. L’expérimentation aura encore un long voyage à parcourir avant de trouver de réelles solutions efficaces en termes écologique et alimentaire.

Alors, ça vous direz une petite sauterelle bien croustillante ? Bon appétit