[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’entomophagie, ou la pratique de manger des insectes comestibles et autres arthropodes, est un sujet qui suscite toujours de vives discussions quel que soit le public choisi.

Pourquoi l’évocation de manger des insectes crée une telle agitation ? Les insectes comme aliments fascinent à cause de son côté nouveau, en particulier pour les cultures occidentales ou occidentalisées qui ne considèrent pas ces petites créatures comestibles. La bonne nouvelle est que les mentalités changent doucement. En effet, l’idée répugnante que l’on avait à l’idée que les humains se nourrissent d’insectes perd peu à peu du terrain dans les cultures populaires mais aussi dans l’enseignement, les entreprises et les différents organismes tels que les Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture qui mènent des campagnes de diffusion d’informations utiles sur l’Internet et dans la masse des médias traditionnels.

Manger des insectes biologiques est excellent pour la santé mais pour pour l'écosystème de la planète.

Manger des insectes biologiques est excellent pour la santé mais pour pour l’écosystème de la planète.

Reconnaître que les insectes font naturellement partis de l’alimentation de cultures non-occidentales depuis des siècles est déjà un pas vers une meilleure compréhension de ces cultures et l’acceptation du fait que les préférences culinaires des occidentaux ne sont pas les seules bonnes façons de manger. D’un point de vue économique, manger des insectes bio a du sens car cela peut potentiellement diminuer la faim dans le monde ou tout du moins aider à résoudre la pénurie de l’approvisionnement alimentaire que tout le monde annonce. Comme les insectes comestibles sont des consommateurs d’herbivores primaires qui peuvent convertir l’énergie à partir des plantes plus efficacement que l’élevage traditionnel, on peut dire que le fait de manger des insectes participe à l’écologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*